Accueil > Le territoire > Histoire > Un patrimoine religieux dense > Eglise Notre Dame de l'Assomption (Morteau)

Eglise Notre Dame de l'Assomption (Morteau)

La première mention du prieuré bénédictin de Morteau date de 1107. Le prieuré se trouve à la tête d'une seigneurie ecclésiastique s'étendant à tout le Val de Morteau.

'histoire de cette église est jalonnée d'incendies et de reconstructions : la première église édifiée sur ce lieu date du 15e siècle. Il n'en reste plus que l'abside à trois pans.

Un deuxième édifice est construit au début du 16e siècle dont subsiste le choeur orné de réseaux flamboyants et d'une grande partie de la tour-clocher épaulée de contreforts d'angle à ressauts et coiffée d'un toit à l'impériale. La troisième étape consiste en la reconstruction des voûtes de la nef effondrées à la moitié du 17e siècle.

C'est aussi l'époque de la Guerre de Dix Ans (1635-1644), période noire pour la Franche-Comté. Les exactions commises par les mercenaires suédois à la solde du Roi de France ont laissé des traces durables dans la mémoire collective. Une ultime restauration a lieu au 18e siècle.

L'église est dépourvue de transept. La haute nef est voûtée d'ogives, séparée par des arcs doubleaux en plein cintre. Le collatéral du Rosaire (de part et d'autre de l'entrée actuelle) présente des voûtes d'ogives finement nervurées dont les clefs feuillagées sont ornées, entre autre, d'instruments d'architecte.

A noter un remarquable mobilier parmi lequel : la Vierge de Pitié en bois polychrome et doré de la fin du 15e siècle, une Vierge Libératrice de Morteau, toile du 17e siècle, signée Blaise Balanche-Richarde, une chaire de la mi-18e réalisée par Claude-Joseph Béliard, sculpteur natif de Morteau, et enfin treize stalles de moines et lambris du choeur datant du 18e siècle. L'édifice est inscrit et le mobilier est classé aux Monuments historiques.

Le plein air, la magie de la neige, des activités sportives, loisirs, gourmandes... Vivez des instants... d'hiver en Pays Horloger dans les Montagnes du Jura.

Lire la suite...

Le comité a eu lieu à Charquemont.

Lire la suite...

Le Parc naturel régional du Doubs Horloger devrait être labélisé en 2021.

Le chargé de mission évaluation a pour finalité de contribuer à l’amélioration du pilotage de la charte du PNR et de ses actions dans une démarche de gouvernance participative. 

Lire la suite...

A la suite de l'inscription des savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d'art sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, arcjurassien.ch et Grand Besançon Métropole donnent le coup d'envoi du projet ARC HORLOGER. 

Lire la suite...

Le 16 décembre 2020, le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a décidé d’inscrire les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art sur sa liste représentative.

Lire la suite...