Accueil > Le territoire > Histoire > Un patrimoine religieux dense > Eglise Saint Michel (Montlebon)

Eglise Saint Michel (Montlebon)

Les Minimes s'installent dans le Val de Morteau à partir de 1624 à la demande de la population excédée du poids des charges des Bénédictins du Prieuré de Morteau.

L'autorisation leur a été accordée par l'Infante d'Espagne Isabelle Eugénie. Cet ordre se caractérise par la rigueur et une grande humilité : ils font voeu de carême perpétuel.

Le couvent est occupé jusqu'en 1792 par les Minimes. Il sera ensuite transformé en prison à la Révolution. Il servira enfin de maison commune, d'école et de presbytère. L'église ne fut consacrée qu'en 1686 par l'évêque de Grammont, sous l'invocation de l'archange Saint Michel, et accueillait alors huit religieux, six prêtres et deux frères. Cette communauté prospéra à la mesure des dons et de nombreuses confréries vinrent s'installer dans l'église.

Le bâtiment conventuel est disposé en U, fermé par l'église. Le clocher, muni de contreforts en équerre et coiffé d'un dôme, se dresse dissymétriquement à la façade. De nombreux éléments du mobilier du 18e et 19e sont classés aux Monuments historiques. Dans les années 1970, des vitraux modernes et abstraits ont été posés. La mairie a été aménagée dans l'ancienne infirmerie du couvent en 1980. Elle a engagé des travaux pour restituer l'aspect originel des lieux et créer un centre d'animation sociale et culturelle. Le couvent et l'église sont inscrits aux Monuments historiques.

Le plein air, la magie de la neige, des activités sportives, loisirs, gourmandes... Vivez des instants... d'hiver en Pays Horloger dans les Montagnes du Jura.

Lire la suite...

Le comité a eu lieu à Charquemont.

Lire la suite...

Le Parc naturel régional du Doubs Horloger devrait être labélisé en 2021.

Le chargé de mission évaluation a pour finalité de contribuer à l’amélioration du pilotage de la charte du PNR et de ses actions dans une démarche de gouvernance participative. 

Lire la suite...

A la suite de l'inscription des savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d'art sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, arcjurassien.ch et Grand Besançon Métropole donnent le coup d'envoi du projet ARC HORLOGER. 

Lire la suite...

Le 16 décembre 2020, le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a décidé d’inscrire les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art sur sa liste représentative.

Lire la suite...