Accueil > Territoire > Histoire > Un patrimoine religieux dense

Un patrimoine religieux dense

Le Haut-Doubs, terre de moyenne montagne où la forêt était omniprésente, s'est d'abord ouvert à la chrétienté, selon la tradition, grâce à des ermites courageux qui auraient trouvé là un cadre authentique, propice à la prière et au recueillement.

Puis des moines, Bénédictins de Cluny notamment, ont progressivement développé la pratique religieuse dans des abbayes et des prieurés autour desquels les paysans ont construit des hameaux et participé à l'édification d'églises, de chapelles et d'oratoires. Les troubles de l'histoire, guerres, incendies, Réforme, Contre-Réforme dont ce territoire a été l'un des bastions, révolutions, ont fait subir aux édifices religieux des dommages et des évolutions qui expliquent la grande variété des styles, parfois même sur un seul site.

Mais rien n'a ébranlé la foi dans cette terre solide de chrétienté qui a voulu résister aux inventaires de 1905, lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat; Au delà de l'architecture, l'attrait de ce patrimoine provient du mobilier, des objets de culte, vitraux, sculptures, peintures et retables, orgues ou chaires finement ouvragées. Des artistes de renom ont apporté à cet art religieux leur éclatante contribution.

Plusieurs chapelles ou églises décrites témoignent de la richesse de ce patrimoine et illustrent la variété des styles, en fonction des époques, des architectes, des moyens matériels disponibles au moment de leur construction :

Construite à l'époque de la Contre-Réforme, entre 1684 et 1690, sur les deniers de Claude Binetruy, originaire de Villers-le-lac, cette chapelle illustre le pur style franc-comtois avec son clocher à l'impériale qui domine le porche.

Lire la suite...

Cette église, à la fois paroissiale et prieurale, est fondée vers 1125 par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune (Valais, Suisse).

Lire la suite...

Les Minimes s'installent dans le Val de Morteau à partir de 1624 à la demande de la population excédée du poids des charges des Bénédictins du Prieuré de Morteau.

Lire la suite...

La chapelle primitive, mentionnée dès 1614, située au lieu dit "La Velle".

Lire la suite...

La première mention du prieuré bénédictin de Morteau date de 1107. Le prieuré se trouve à la tête d'une seigneurie ecclésiastique s'étendant à tout le Val de Morteau.

Lire la suite...

La Grotte de Remonot est remarquable par plusieurs aspects :
ce site géologique profond de 30 mètres et large de 12 mètres est alimenté par quatre sources, dont une "miraculeuse".

Lire la suite...

Une église antérieure à 1510 est attestée sur ce lieu.

Lire la suite...

Lundi 4 octobre 2021, le Comité Syndical du Syndicat Mixte du PNR du Doubs Horloger s'est réuni à la salle de l'Escale à Morteau. Moment fort dans la vie d'un Parc, où pour la première fois les 128 élus des collèges des communes, des Communautés de communes, du Département et de la Région ont procédé à l'élection de la présidence et du bureau. 

Lire la suite...

Le comité a eu lieu à Morteau.

Lire la suite...

Le projet de Parc naturel régional du Doubs Horloger se veut collaboratif et cohérent face aux besoins réels du territoire. En ce sens, le Pays Horloger a organisé plusieurs ateliers dans le but d’échanger autour du programme d’action 2022-2024 du futur Parc.

Lire la suite...

Jeudi 28 oct. à 20h, salle des fêtes de Belleherbe : en partenariat avec la LPO B-FC, le PNR du Doubs Horloger organise une conférence-débat sur « Les oiseaux de Franche-Comté » avec un focus sur les espèces remarquables du territoire Parc. 

Lire la suite...