Accueil > Le territoire > Histoire > Une Terre d'Histoire

Une Terre d'Histoire

XVIe - XVIIIe SIÈCLE : TROIS SIÈCLES AGITÉS
Après la mort de Charles Le Témèraire, la Franche-Comté relève d'abord des Habsbourgs d'Autriche (1493-1556) puis des Habsbourgs d'Espagne (1556-1674) avant son rattachement à la France.

XVIe siècle : l'implantation de la Réforme en Suisse

Elle cherche à se développer au delà de la frontière, d'où une série de mesures répressives prises par les autorités comtoises. En 1575, les dernières tentatives des protestants suisses dans le secteur sont repoussée par les habitants de Morteau et des Fins.

XVIIIe siècle : une période difficile et tragique

  • 1635-1644 : guerre des Dix Ans (la Franche-Comté, possession espagnole, est attaquée et ravagée par la France et les mercenaires allemands de Bernard de Saxe-Weimar, improprement appelés "Suédois"). Ainsi, en 1639, les localités de Maîche à Morteau sont pillées et incendiées. Près de deux tiers de la population disparait, victime aussi de la famine et de la peste.
  • 1668-1674 : occupation et conquête de la Franche-Comté par Louis XIV (officiellement rattachée à la France par le traité de Nimègue en 1678)

XVIIIe siècle : le repeuplement

  • Une période de repeuplement (par des Suisses, des Savoyards) et de reconstruction.
  • Une menace récurrente : les incendies (celui de 1747 détruit une cinquantaine de maisons à Morteau)

Un nouvel épisode dramatique : la Révolution

  • 1790 : Morteau devient chef lieu de canton et est rattaché au district de Pontarlier. Les cantons du Russey et de Maîche font partie du district de Saint-Hippolyte.
  • 1790 : après la confiscation des biens des congrégations et l'adoption de la Constitution civile du clergé, division de ce dernier entre prêtres jureurs et prêtres réfractaires (auxquels la population reste attachée)
  • 1793 : soulèvement de jeunes hommes dans les cantons du Russey et de Maîche (connu sous le nom de "Petite Vendée"), écrasé à Bonnetage en septembre 1793. Il entraîne de dures représailles : 19 guillotinés à Maîche en octobre.
  • 1801 remodelage administratif : les districts sont remplacés par des arrondissements.
  • 1816 : suppression de l'arrondissement de Saint Hippolyte rattaché, ainsi que les cantons de Maîche et du Russey, à celui de Montbéliard.

La Révolution a provoqué de profondes divisions au sein des communautés. Elles ont subsisté jusqu'au XXe siècle.

L'originalité du Pays Horloger à l'époque contemporaine

UN XIXe SIÈCLE NOVATEUR

Développement de l'horlogerie et de petites industries de précision

La tradition artisanale déjà était bien présente puisqu'il existait de nombreux petits métiers de transformation du bois, du cuir (tanneries), du métal (forge Girard à Grand-Combe-Chateleu; martinets; fondeurs de cloches à Morteau comme les Humbert, Bournez ou Obertino).

Au départ, l'horlogerie était une activité d'appoint dans une contrée où les hivers sont longs : les paysans fabriquent à domicile des pièces pour les horlogers suisses. Au milieu du XIXe apparaissent les premières de fermes-ateliers travaillant pour des établisseurs (assemblant les différentes pièces d'une montre) installés au Locle, à La Chaux-De-Fonds puis à Morteau (où une école d'horlogerie est créée en 1836). L'activité se diffuse en suite à Montlebon, Les Gras, Villers-Le-Lac, Charquemont, Maîche ... A la fin du XIXe siècle, 22 horlogers emploient à Morteau plus de 300 ouvriers.

L'agriculture se spécialise davantage dans l'élevage et commence de s'intégrer à une économie marchande (bétail vendu en Suisse, en Alsace...)

A noter qu'en 1871, lors du conflit opposant l'Allemagne à la France, une partie des soldats de l'armée de Bourbaki se replie après les combats de la Cluse (vers Pontarlier), sur le pays horloger (fin janvier).

UN XXe SIÈCLE À BIEN DES ÉGARS DIFFICILE ET DOULOUREUX

Deux guerres mondiales

  • La première (1914-1918) est la plus meurtrière : 146 morts à Morteau, 126 à Villers-Le-Lac, 120 à Maîche, 67 à Charquemont, 58 à Damprichard, 50 au Russey, 48 à Montlebon, 47 à Grand-Combe-Chateleu, 22 aux Fins ...
  • La seconde (1939-1945) fait moins de victimes : 36 à Maîche (où De Gaulle rencontre Churchill au château de Montalembert le 13 novembre 1944), 14 à Damprichard et Morteau, 12 à Villers-Le-Lac, 10 à Charquemont, 9 aux Fins, 7 à Montlebon...

La crise des années 30

Elle frappe un monde éclaté entre de multiples petites entreprises à la fois complémentaires et concurrentes.

De nouvelles et sérieuses difficultés économiques dans les années 70 et 80

Durant cette période, l'horlogerie locale connaît des difficultés croissantes  : conjoncture économique qui se dégrade, relations professionnelles plus tendues, individualisme des entreprises et de leur stratégie, apparition de la montre à quartz (qui entraîne en Suisse de profondes restructurations soutenues par les banques, mais pas en France), concurrence américaine et asiatique de plus en plus vive. Kiplé, qui avait repris Lip en 1984, Cattin sont obligés de fermer. La crise horlogère impacte toute l'activité économique locale.

Le renouveau des années 90

Des entreprises cependant ont pû résister grâce à l'innovation et l'amélioration de la qualité, parfois aussi par la diversification, refaisant du Pays Horloger l'un des principaux pôles mondiaux d'excellence en matière d'horlogerie et plus généralement de microtechniques.

Parallèlement, la conscience de l'existence d'un Pays, d'une comunauté d'intérêt, émerge, avec la naissance du Syndicat Mixte du Pays Horloger.

Bernard OLIVIER
Professeur agrégé honoraire

Bibliographie

BOICHARD (Jean, sous la direction de), Le Jura , de la montagne à l'homme, Rivat/Payot, 1986.

Diagnostic du Schéma de cohérence Territoriale du Pays Horloger : documents de travail en cours de réalisation.

Lire la suite...

La première lettre d’informations sur l’état d’avancement du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) du Pays Horloger est disponible.

Lire la suite...

Le Comité a eu lieu à Montbéliardot.

Lire la suite...
urbanisme, permis de construire, guide, plantes locales, préconisations

Cette sélection de végétaux locaux a pour vocation de permettre de planter des haies, bosquets ou alignements d'arbres que l'on trouve à l'état naturel et adaptés à notre territoire.

Lire la suite...

Consultez ici les documents de travail de la démarche, relatifs aux phases de diagnostic et de prospective territoriale.

Lire la suite...